Art vu à Naples – Octobre 2019

Naples, turbulente et éruptive

A l’image du Vésuve, volcan majestueux dominant une immense baie en forme de croissant. Aucune autre ville en Europe ne possède une telle histoire, aucune n’a réussi à traverser les vicissitudes des siècles tout en maintenant sa personnalité. 

Datant du IIème millénaire av. J.-C., Naples possède un patrimoine artistique et architectural riche de plusieurs siècles. Le Duomo San Gennaro, qui regorge de fresques, le Palais royal, Castel Nuovo, un château du XIIIe siècle… et hors des murs, Pompéi et Herculanum

Le Vieux Naples

Qui n’a pas visité Naples ne connaît pas vraiment l’Italie. Pour prendre le pouls de Naples, rien ne vaut une balade dans son cœur historique, autour de Spaccanapoli. Le vieux Naples, à la différence des centres-villes européens, a eu le bon goût de ne pas s’embourgeoiser. S’y promener offre l’occasion de découvrir son peuple coloré, dans des rues où des églises et des palais magnifiques côtoient des immeubles populaires et délabrés, avec le linge étendu aux fenêtres…

La chapelle Sansevero & ses merveilleuses statues

  • Le Christ voilé

On découvre au centre un christ voilé de Giuseppe Sammartino (1720-1793). Il s’agit d’une statue en marbre du christ allongé, recouvert d’un fin voile transparent. Sauf que le voile est également en marbre et une incroyable illusion de transparence

  • La Désillusion

Une autre statue retient notre attention, celle de la Désillusion de Francesco Queirolo (1704-1762). On découvre un homme empêtré dans un filet. Au-delà de la qualité de l’inspiration de l’artiste, nous remarquons l’extraordinaire filet enveloppant le corps, parfaitement reproduit avec ses brins torsadés, ses noeuds, tous ces vides si réalistes qui tiennent du prodige.

  • La Vertu ou La Pudeur

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises en découvrant la pudeur de l’artiste Antonio Corradini (1668-1752). Il s’agit d’une femme recouverte d’un voile transparent à l’expressivité émouvante.

Site de la Chapelle Sansevero

Le Palazzo Reale

Le palais fut construit en 1600 par Domenico Fontana, qui intervint aussi beaucoup à Rome. Il subit plusieurs transformations, comme celles de Luigi Vanvitelli au XVIIIème siècle, celles de Gaetano Genovese au XIXème siècle qui façonna la façade sud vers les jardins.
Ce palais abrita la fabrique de porcelaine des Bourbons d’Espagne, qui fut par la suite transférée à Capodimonte. Elle abritait aussi l’imprimerie royale, la bibliothèque royale, etc…

Santa Chiara

Le cloître, réaménagé au XVIIème siècle, comporte des murets et des piliers couverts de majoliques d’inspiration champêtre ou marine.

De plus, il faut remarquer, outre la beauté de ces faïences, que ces décorations s’harmonisent parfaitement avec les parterres de fleurs mais aussi avec les orangers. Ainsi, tout cet ensemble très particulier apporte un charme fou à ce cloître.